Stephanie Laurens – La fiancée de Devil (Cynster 1)

30196982.jpg

Résumé :

Angleterre, 1818. Quand Devil, membre le plus controversé de la famille Cynster, est pris dans une situation compromettante avec Honoria Wetherby, une courageuse gouvernante, il va surprendre tout le monde en demandant la main de la jeune femme. Personne n’avait jamais pensé que ce débauché puisse un jour se marier ! Et alors que les mères de la bonne société pleurent l’union du célibataire le plus convoité d’Angleterre, les cousins de Devil commencent à prendre des paris sur la date du mariage…

Cependant, Honoria n’a pas l’intention de se plier aux desiderata du duc et de l’épouser pour l’unique raison qu’ils se sont trouvés tous les deux sans chaperon. Elle rêve d’aventures : résoudre le meurtre d’un jeune cousin Cynster pour commencer, puis partir découvrir l’Afrique. Mais c’est sans compter sur son désir grandissant pour Devil, qui risque de mettre en péril ses projets…

L’auteur :

Stephanie Laurens, née à Ceylan, est scientifique de formation. La romance lui permettait de s’évader quand elle travaillait. Après avoir vu son premier manuscrit accepté, elle abandonne sa carrière pour se consacrer à l’écriture. Plus de trente de ses romans ont été best-sellers du New York Times. Sa série Cynster est devenue un classique du genre.

Mon avis :

Ayant déjà entendu parler de Stephanie Laurens, j’ai été contente que les Éditions Charleston publie la série des « Cynster » qui n’était à ce jour disponible qu’au Canada.

Ce qu’il faut savoir c’est que c’est une longue série, 23 tomes actuellement en VO.

J’ai déjà lu l’histoire des trois sœurs Cynster parues dernièrement chez Harlequin inaugurant leur collection « Victoria ». Ayant eu un gros coup de cœur, j’ai voulu commencer la série depuis le début et les éditions Charleston m’ont permis de le faire.

Moi et les romans historiques, ça ne date pas d’hier. J’ai commencé grâce aux historiques d’Harlequin, puis par ceux de J’ai Lu et depuis je dévore ces histoires magnifiques d’un autre temps.

Aujourd’hui, je vous propose de plonger dans l’univers des Cynster et de découvrir l’histoire de Devil, duc de St Ives qui a l’habitude d’obtenir tout ce qu’il veut et d’Honoria Wetherby, une gouvernante au caractère affirmé qui lui démontrera qu’une femme a d’autres choix que celui d’être une femme docile et soumise. Ces deux personnes vont devoir faire des concessions s’ils veulent parvenir à leurs fins et c’est loin d’être gagné.

Avant de découvrir l’histoire de Devil et Honoria, un coup d’œil à l’arbre généalogique de la longue lignée des Cynster inclus au début de ce livre s’avère utile.

L’histoire débute en août 1818, dans le Somersham à Cambridge. On fait la connaissance d’Honoria Wetherby, issue de la noblesse, elle propose ses services de gouvernante pour débutantes à des familles nobles dont le but est que leur fille fasse leur entrée dans le monde (sous-entendu, épouser un riche parti).

Son employeur, Lady Claypole est persuadée que sa fille Mélissa sera une future duchesse.

Honoria mène donc son enquête et essaye de glaner des informations sur ce mystérieux duc dont elle ne sait même pas le nom.

N’ayant pas réussi à percer le mystère de l’identité du duc, Honoria repart vers le manoir des Claypole où elle réside le temps de sa mission.

Prise au piège dans un violent orage, elle décide de prendre un raccourci et découvre le corps d’un inconnu sur le bas-côté de la route. Encore vivant mais blessé gravement par balle, Honoria se retrouve désemparé, seule en plein orage. Elle ne restera pas longtemps isolée, un inconnu passant par-là lui portera assistance à elle et au blessé leur permettant de trouver refuge dans un cottage.

Honoria et Devil passeront la nuit à veiller les derniers instants de Tolly et à jouer au jeu des questions-réponses.

Cette nuit-là, Devil a trouvé sa future duchesse.

Le lendemain, Mrs Claypole fait irruption au cottage où elle apprendra que la personne qu’elle a employée va devenir la femme de Devil. Honoria ne compte pas se laisser dicter sa conduite et fais fis de sa réputation ternie, elle a des projets et se voit déjà explorer des contrées lointaines et ce n’est pas Devil qui l’en empêchera. Chacun campera sur ses positions, Honoria, très indépendante et têtue fera tout pour résister à Devil qui tentera de la séduire afin de lui montrer que sa place est ici avec lui et sa famille. Petit à petit, elle se comportera comme une vraie duchesse et comprendra que si elle veut arriver à ses fins, elle devra faire de ses atouts son arme de séduction sur Devil.

Le jeu du chat et de la souris est lancé, s’ils veulent découvrir qui est le meurtrier de Tolly, ils devront faire équipe et faire des compromis.

Au fil des chapitres, Stephanie Laurens nous présente d’autres membres de la famille Cynster qui aideront nos deux héros que ce soit dans leur relation tumultueuse ou dans leur quête de l’assassin d’un membre des Cynster.

On prend plaisir à suivre l’histoire d’amour naissante entre Devil et Honoria, leurs caractères mettent du piquant dans ce roman qui s’étire malheureusement en longueurs.

Des descriptions bien trop nombreuses et inutiles à chaque page gâchent la lecture et nous font perdre l’intérêt de ce livre, on oublie presque l’enquête que poursuivent nos deux héros et ceux-ci sont noyés dans toutes ces descriptions.

Bien sûr, certaines descriptions sur la famille Cynster, sur le caractère d’Honoria et de Devil, sur leurs passés sont nécessaires à l’histoire.

Pour être honnête, s’il n’y avait pas eu des personnages aux personnalités aussi fortes et si je n’avais pas eu une lecture aussi addictive que celle des sœurs Cynster, j’aurais abandonné ce livre.

Cela ne m’empêchera pas de lire la suite des aventures de la famille Cynster avec Vane en octobre prochain et de donner ainsi une seconde chance aux mâles Cynster.

Un simple pari peut-il tout faire basculer ?

Le jeu du chat et de la souris est lancé, mais qui de Devil et d’Honoria l’emportera ?

Arriveront-ils à mettre de côté leurs fiertés pour s’unir et trouver le meurtrier qui en veut aux Cynster ?

Une histoire intéressante où les femmes ne se laissent pas dicter leur conduite !

On aime :

  • La manière dont Stephanie Laurens nous fait découvrir au fil des pages les membres de la famille Cynster et leur histoire.
  • La répartie de Devil et d’Honoria.
  • Les caractères aussi affirmés de nos deux héros, chacun sûr de ses positions.
  • Le format poche pratique pour l’emporter partout et son prix accessible.

On aime moins :

  • Les longues descriptions qui gâchent notre lecture.
  • Les héros qui ne sont pas assez mis en avant et sont noyés dans la masse des descriptions.
  • L’enquête sur la mort de Tolly qui semble passer au second plan.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s