Les Animaux Fantastiques (Fantastic Beasts – Where to Find Them Film 1)

205295.jpg

J.K. Rowling nous a fait découvrir un univers unique remplit de magie, de découvertes et d’aventures qui nous a émerveillé avec Harry Potter.

Pour notre plus grand plaisir, l’auteur ne s’est pas arrêté avec le tome 7, elle a décidé de nous montrer la magie telle qu’elle était dans les années 1920.

« Les Animaux Fantastiques », prequel de la saga Harry Potter nous entraîne à la découverte de l’histoire de la magie aux États-Unis.

Tout commence en 1926, cela fait deux ans que Gellert Grindelwald, un célèbre mage noir bulgare a disparu sans laisser de traces.

On fait la connaissance de Norbert Dragonneau, un sorcier anglais (connu dans Harry Potter pour son manuel des Animaux Fantastiques). Arrivé à New-York par bateau, il doit faire un passage aux contrôles des douanes pour avoir l’autorisation de séjourner aux États-Unis en toute légalité.

Passionné par toutes les créatures magiques, c’est avec une étonnante valise remplie de créatures magiques non autorisées sur le territoire américain et un tour de passe-passe anti-Moldu qu’il réussira à passer les douanes.

Le véritable but de Norbert est de ramener Franck, l’Oiseau Tonnerre dans son milieu naturel en Arizona.

Norbert se rend à la Steen National Bank, sur la 5ème Avenue.

Sans le faire exprès, il heurte malencontreusement, Jacob Kowalski, un Non-Maj (nom donné aux personnes dépourvues de pouvoirs magiques aux États-Unis) qui est là pour demander un prêt pour ouvrir sa propre boulangerie.

C’est là que le Niffleur de Norbert, épris de liberté et attiré par tout ce qui a de la valeur, s’enfuit dans les sous-sols de la banque, semant le chaos sur son passage et volant une importante somme d’argent. Entre-temps, Jacob Kowalski se voit refuser son prêt malgré tous ses efforts.

Après une course poursuite pour tenter de récupérer son Niffleur, Norbert réussit à l’attraper mais est surpris par Jacob qui pris de panique va prendre la valise magique de Norbert dans sa fuite.

Norbert est arrêté par Tina Goldstein, une employée du MACUSA (le Congrès Magique aux États-Unis d’Amérique) pour avoir commis un incident qui pourrait dévoiler l’existence des sorciers aux Non-Maj. Ex-Auror, elle ne désespère pas de retrouver son poste et fait tout pour ça.

On retrouve Jacob chez lui, pour se consoler, il veut manger ses pâtisseries mais qu’elle n’est pas sa surprise en ouvrant la valise de découvrir les créatures que Norbert y avait cachées. Celles-ci profitant de la stupéfaction et de l’incompréhension de Jacob l’attaquent et s’échappent, non sans avoir fait de dégâts, le laissant inconscient.

Norbert réussit à convaincre Tina en lui expliquant ce qui s’est passé.

Le MACUSA essayant de maintenir l’existence de toute forme de magie cachée aux Non-Maj et ce malgré la magie noire qui sévit à New-York, Tina sait qu’elle doit aider Norbert afin d’éviter des problèmes à tous les deux.

Ils se rendent tous les deux chez Jacob pour récupérer la valise. Découvrant ce qui s’est passé, Norbert soigne Jacob. Tous les deux se retrouvent hébergés temporairement chez Tina et sa sœur Queenie, une Legilimens. Norbert montre à Jacob le contenu de sa valise et lui explique qu’il doit retrouver les créatures qui ont disparues de toute urgence. Jacob se rend compte de la confiance qu’à Norbert envers lui et accepte de l’aider, de même que Tina et Queenie, malgré les problèmes que cela peut leur causer.

Tout ne se passe pas comme prévue, Norbert et Jacob se retrouvent prisonnier et emmenés au MACUSA. La détention d’animaux d’élevage étant interdite, ils sont enfermés.

Comme je le disais plus haut, Percival Graves (Directeur du Département Magique du MACUSA) enquête sur les évènements mystérieux de magie noire qui peuvent prouver aux Non-Maj, l’existence des sorciers.

Percival Graves cache bien des choses. Pourquoi demande-t-il à Croyance Bellebosse de trouver un enfant pourvu de pouvoirs puissants dans l’orphelinat de sa mère ?

Sa mère, Mary-Lou Bellebosse, qui en plus d’être la directrice de cet orphelinat sordide est la fondatrice des « Fidèles de Salem », équivalent d’une secte dont le but est de pourchasser et d’exterminer toutes les personnes ayant des pouvoirs magiques.

Échappant de peu à la mort, Norbert et Tina s’enfuie avec Jacob et Queenie tandis que d’étranges meurtres de Non-Maj ont lieux.

Les événements s’enchaînent, nul n’est ce qu’il paraît être et Percival Graves comprend qui est l’Obscuriale à l’origine des meurtres et du chaos qui menace autant les Non-Maj que les sorciers.

Nos héros vont partir tenter de neutraliser l’Obscuriale avant qu’il ne soit trop tard.

Le final nous révélera bien des choses, notamment sur la fameuse disparation de Gellert Grindelwald.

Norbert, sa mission remplie, repart en Europe, direction Paris mais une grande menace promet d’apparaître…

Mon avis :

Déjà, il faut mettre de côté Harry Potter, ne pas pensez aller voir un film qui serait fortement similaire. Il faut partir de 0 ou presque. « Les Animaux Fantastiques » est un film plus adulte et mature, je pense que c’est dans un sens normal vu que la génération qui est la mienne a grandi avec Harry Potter et est maintenant adulte.

Rien qu’en attendant le générique qui ouvre le film, même musique que dans les films d’Harry Potter, on sent des frissons, de l’excitation, tellement on est content, impatient de découvrir « Les Animaux Fantastiques ».

La qualité des décors et des effets spéciaux sont remarquables.

Quand on découvre le New-York des années 20, on se sent réellement transporté à cette époque, on sent qu’il y a eu de grosses recherches pour recréer l’authenticité de cette époque alors en pleins changements.

Les années 20, c’est aussi les belles tenues, les sorties dans les clubs clandestins… tout est très bien mis en scène dans le film.

J’ai été surprise par le nombre de problématiques réelles des années 20 aux États-Unis évoquées dans le film (notamment la maltraitance des enfants, les différences faites entre les personnes jugées différentes, la délation).

Honnêtement, j’ai trouvé les détails sur la sorcellerie aux États-Unis difficiles à comprendre, c’était à mon sens assez fouillis, peut-être était-ce voulu ; on voit trop de choses qui ne sont pas expliquées et qui nous laissent perdus (malgré la présence de textes sur l’histoire de la magie aux États-Unis, l’univers de ce film sur Pottermore). J’espère que ce sera approfondi dans les autres films.

Norbert est attachant et cache sa timidité derrière sa grande taille, le tandem qu’il forme avec Jacob fonctionne très bien et est très intéressant. Rare sont les personnes qui avoueraient à un Non-Maj qu’il est un sorcier, que la magie existe en dehors des contes pour enfants.

Malgré leurs désaccords, on imagine bien une relation entre Tina et Norbert, à voir ce que cela donnera dans les prochains films.

Queenie est un personnage haut en couleur, on se doute qu’il y aura plus que de l’amitié grâce à des situations cocasses entre Jacob et elle. Elle donne un aspect comique au film, un rendu plus léger malgré la menace qui plane entre le monde des sorciers et celui des Non-Maj.

Il y a beaucoup de découvertes que ce soit des créatures dont on a l’impression qu’elles vont sortir de l’écran tellement elles sont réalistes et la manière dont cohabitent les Non-Maj et les sorciers.

Mention particulière pour J.K. Rowling, qui de par son investissement, ses idées a fait avec toute l’équipe du film, des « Animaux Fantastiques », une nouvelle saga pleine de promesses.

On aime :

  • La maturité du film.
  • Les effets spéciaux, la qualité des graphismes.
  • L’authenticité du New-York des années 20 (le contrôle aux douanes, les clubs clandestins…).
  • Les problèmes de société de l’époque évoqués (la maltraitance notamment dans les orphelinats, le racisme des personnes considérées comme différentes, la délation…).
  • Les personnages tous attachants avec leurs particularités qui donnent une vraie authenticité et surtout la confiance et la relation entre un Non-Maj et des sorciers.
  • Les indices glissés tout au long du film faisant un lien avec l’histoire d’Harry Potter sans monopoliser pour autant toute notre attention.
  • Le travail, l’investissement de J.K. Rowling avec toute l’équipe sur le tournage, cela se voit et sa présence était nécessaire pour faire un film de cette ampleur.

On aime moins :

  • La difficulté à comprendre le fonctionnement du MACUSA, trop de choses ne nous sont pas expliquées alors qu’elles nous sont totalement inconnues, un aspect fouillis qui devrait être expliqué dans les prochains films pour ne pas perdre des fans.
  • Une fin sans réelle attente pour voir le prochain film, la menace n’est pas assez sombre, pas assez ressentie contrairement à ce que je m’attendais, j’ai trouvé la fin trop légère.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s