L’envers du miroir de Mark Zellweger (Les espionnes du Salève 1)

Chaque tome peut se lire indépendamment des autres.

Résumé :

Le 14 juin 1940, l’armée allemande rentre dans Paris et les années sombres recouvrent la France. Aussitôt, le service de renseignement suisse, le SR, s’active aux frontières. En même temps, la communauté internationale du renseignement basée à Genève depuis 1936 se mobilise sous la férule du vice-consul anglais Victor Farrell. Peu à peu des filières de passage entre la France et la Suisse romande se mettent en place, la résistance s’organise entre Genève et Lyon en concertation avec les espions installés à Genève.

Hannah Leibowitz, échappée de justesse du ghetto de Lodz, arrive à Genève en juin 1940 avec son fils Avram. Elle prend la tête d’un groupe de femmes de toutes nationalités et résolument décidées à lutter contre la barbarie nazie. On les dénomme : Les Espionnes du Salève. Le 1er juin 1941, Armand jeune lycéen de Gex en zone interdite, est capturé par la Gestapo alors qu’il entre en Suisse au nord de Genève. Une certitude s’impose : on l’a dénoncé.

Qui est le traître ?

Les espionnes et leurs contacts mènent leur enquête. Elles seront confrontées à des collaborateurs sournois prêts à les dénoncer, à des agents allemands déterminés et agissant en Suisse sous couverture et à des trafiquants en tout genre.

Une série d’intrigues toutes aussi palpitantes nous mènent entre 1940 et 1942 dans Genève, « nid d’espions ».

L’auteur :

Auteur Suisse, originaire du Canton de Fribourg, né le 3 janvier 1959, marié et père de deux enfants. Il est diplômé en Histoire Romaine de la Sorbonne et en Marketing stratégique de deux Business Schools.

Il a été directeur du marketing et des ventes dans l’industrie pharmaceutique en Suisse et à l’étranger une trentaine d’années.

En parallèle, il fut conseiller particulier de directeurs de services de renseignement internationaux de tout premier plan.

Aujourd’hui, il se consacre totalement à l’écriture et est considéré comme « le nouveau maître du roman d’espionnage » par de nombreux critiques spécialisés. Certains vont jusqu’à l’inclure dans le club fermé des grands auteurs du genre que sont : Follett, Ludlum, Clancy, Higgins.

Rejoignez-le ici :

Compte Facebook

Page Facebook

Instagram

Twitter

Mon avis :

Ayant égaré la version poche de ce premier tome, c’est avec joie que j’ai vu que NetGalley et les éditions Eaux-Troubles proposaient les trois tomes de la série « Les Espionnes du Salève ». N’étant pas fan de l’aspect « espionnage », j’ai été mitigée sur ce premier tome de par les aspects techniques qui m’ont semblé mettre au second plan l’histoire des Espionnes du Salève.

Préface mettant le lecteur dans le contexte de l’histoire.

1er juillet 1941.

Suite à un acte de résistance, Armand est en fuite, direction la Suisse. Au moment où Alice, jeune espionne doit le récupérer, Armand se fait arrêter sur dénonciation. Quelqu’un les a trahis.

C’est à Genève qu’un réseau d’espionnage entièrement féminin voit le jour. Des femmes prêtes à tout pour contribuer à la fin de la guerre. Leur chef n’est autre qu’Hannah Leibowitz qui s’est enfuie du ghetto avec son fils grâce à son mari.

C’est ainsi qu’avec d’autres femmes, les Espionnes du Salève va être créée.

A Genève, la vie suit son cours sauf pour l’espionnage jouant le double-jeu face à l’Abwehr qui tente de s’incruster par tous les moyens, gare aux espions qui tomberont dans le piège.

Ruth et Sev se sortiront-elles indemnes du piège dans lequel elles sont tombées, trahies par l’une des leurs ?

Un premier tome qui pose les bases de la série mais aussi tout le complexe de l’espionnage durant la Seconde Guerre mondiale tout en dévoilant une multitude de personnages comme d’informations.

L’espionnage est complexe, ce livre l’est tout autant, les dates et événements devant être assimilés pour comprendre toute l’importance de la situation politique en jeu. Seule la partie concernant les espionnes du Salève m’a intéressé, l’espionnage et les données politiques étant trop ardu pour moi.

Mention spéciale pour le travail de recherches fournit par l’auteur ainsi que l’importance des femmes mises en avant ainsi que le destin d’Hannah Leibowitz qui en font une trilogie pour les passionnés d’espionnage.

Des chapitres courts (j’ai fini le livre en moins de deux jours) et la découverte de l’importance de la Suisse, pays neutre qui a fait face à l’horreur du nazisme et a envoyé des femmes de toute nationalité dans la gueule du loup afin de mener des missions de renseignements.

Etant donné l’envers du décor posé, j’espère pleinement apprécier le second et le troisième tome.

Quand la guerre devient le jeu de la politique et que l’espionnage est la clé de la liberté !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s