Le parfum de la tendresse d’Alice Quinn

Résumé :

Une histoire irrésistible de partage, de rédemption et d’amour.

Jo, cinquantenaire désenchanté, qualifié de trop gentil par ses collègues qui profitent de son hyper sensibilité, mène une vie discrète et solitaire entre son métier de prof et son chat.

Si seulement sa fille acceptait de le revoir et de lui présenter son petit-fils ! Peut-être alors, parviendrait-il à faire la paix avec lui-même ?

Quand une pimpante mais irascible voisine envahit soudain son espace, son mécanisme de survie bien huilé se déglingue. Il ne se doute pas que ce n’est que la première vague du tsunami qui va ébranler son quotidien.

Et lui qui craignait d’être rattrapé par le tumulte de la vie, va voir aussi son univers définitivement transformé par un enfant meurtri le forçant à changer son regard sur le monde qui l’entoure.

Et si un frêle Beagle allait l’aider en suivant la trace d’un parfum gravé dans sa mémoire ?

Le parfum de la tendresse…

« Un roman vibrant d’émotions en dents de scie: tristesse, crainte, mais aussi des rires, de la tendresse et de l’espoir. Des personnages désarmants et attachants. Je ne pouvais plus le lâcher.» Emmanuelle Mulligan, lectrice

L’auteur :

Alice Quinn vit dans le midi, entourée de ses enfants et de ses chats. Cette adepte du système D a déjà eu plusieurs vies : ouvreuse de cinéma, serveuse dans des cafés ou encore chanteuse – pas très douée – dans une comédie musicale ! Mais surtout, Alice écrit depuis longtemps et sa première série, « Au pays de Rosie Maldonne » qu’elle a auto-éditée en 2013 a connu un franc succès sur Amazon tout comme sa série « Une enquête à la Belle-Epoque ». Son talent ne connaît pas les frontières et s’exporte avec plusieurs de ses romans traduits en anglais.

Rejoignez-là ici :

Site officiel

Compte Facebook

Page Facebook

Twitter

Instagram

Où l’acheter :  Amazon

Mon avis :

Quand Alice Quinn m’a envoyé un email pour lire son nouveau roman feel-good en avant-première, je ne pouvais pas dire non. Comme pour son précédent feel-good, celui-ci se passe en plein Covid, en plein confinement, en plein ras-le-bol des procédures sanitaires qui changent toutes les semaines… Ce roman m’a profondément touché, a fait vibrer ma corde sensible… Comment ne pas être sensible à l’histoire d’un père qui doit faire face à la plus horrible des nouvelles et qui apprend à connaître son petit-fils d’une manière qu’il n’aurait jamais envisagé ?

Sublimée par une couverture où l’aquarelle met en lumière les valeurs de ce roman, vous apprécierez ce bonbon de douceur où quand l’humanité reprend ses droits.

Novembre 2019, Aix-en-Provence.

Sur la tombe de sa femme, Joseph alias Jo Conté, trouve un chaton abandonné. Au même moment, sa fille Aurélie et son mari adoptent Pouf, un jeune Beagle comme compagnon de jeu pour leur fils Rohan.

Un an plus tard.

Jo ressasse les souvenirs et la culpabilité qui le ronge depuis la mort de sa femme et l’absence de sa fille dans sa vie. Sa fille qui le rend responsable de la mort de sa mère et dont plus mille kilomètres les séparent.

Sa vie est devenue une routine bien organisée jusqu’à ce que sa nouvelle voisine débarque dans sa vie. Une très dure nouvelle et Jo en vient à s’occuper de son petit-fils qu’il n’a jamais vu tout en s’efforçant de faire face à l’inimaginable. Son quotidien si tranquille est bouleversé par Rohan. Comment faire son deuil ? Comment faire face à ces nouvelles responsabilités ? C’était sans compter sur Gladys bien décidée à aider ce voisin qui la trouble plus que de raison. Adieu retraite paisible, Jo est bien trop mystérieux, apportant son lot de problèmes tandis que Gladys amène sa bonne humeur et sa joie de vivre dans son quotidien, le bousculant dans ses habitudes.

A chaque problème, sa solution et quand Jimmy et sa sœur Lina débarquent chez Jo, ils ne seront pas de trop pour aider un homme solitaire et généreux à résoudre ses problèmes.

La vie peut bien réserver bien des surprises à ceux qui le méritent et ce n’est pas Jo et Gladys qui diront le contraire.

Des quiproquos, la recherche de repères, l’amour quand on ne s’y attend plus, le deuil, le droit à avoir une deuxième chance…

Et si Jo avait une deuxième chance pour reprendre sa vie en main ?

Pouf va être lui aussi une victime collatérale de l’accident, déboussolé, perdu, il va se lancer sur les traces de son maître au péril de sa vie mais avec l’espoir de le retrouver et de le protéger.

On ne devrait jamais sous-estimer l’amour qui unit un chien et son maître.

Jo ne sait pas dire non, c’est la bonne poire, toujours prêt à rendre service et à aider son prochain. Il adore être prof de français et aimerait juste pouvoir connaître son petit-fils.

Gladys Bernard, la nouvelle voisine de Jo, aimerait profiter de sa retraite anticipée après la mort de son binôme dans une mission. Passionnée par la culture créole, elle n’aime pas les enfants qui perturbe sa tranquillité jusqu’à ce qu’elle rencontre Jo.

Jimmy Muratti est un élève de Jo, il adore lire. Sous ses airs de perturbateur, il élève sa sœur la protégeant de l’alcoolisme de leur père et survivant avec le peu d’allocations que leur père ne leur vole pas.

Pouf, jeune Beagle, prêt à tout pour retrouver Rohan son maître et l’aider à faire le deuil de la perte de ses parents. Il va tout faire, tout endurer pour le retrouver et l’aider dans sa nouvelle vie. Son amour pour lui est incommensurable.

Alice Quinn décrit la vie d’un père face à la pire nouvelle qui soit, sa survie grâce à son petit-fils, sa peur de le perdre dans les méandres des services de protection à l’enfance, l’amour quand on n’y croit plus…

Comme toujours, Alice Quinn aborde des sujets forts : le Covid et ses contraintes, la solitude, la générosité, l’entraide, la solidarité, l’amour, l’importance des animaux, la protection des mineurs, les services sociaux, le deuil, les responsabilités, l’importance d’une main tendue, les violences familiales, les failles de l’Education Nationale, la protection des mineurs, le passage à l’âge adulte quand on est adolescent… Des sujets durs et émouvants où le Covid et les mesures sanitaires sèment la discorde au sein d’une famille à reconstruire.

Un roman fort en émotions, impossible à lâcher !

Plus qu’un feel-good, un bijou d’émotions en plein Covid où brille toujours une lueur d’espoir et d’humanité…

6 réflexions sur “Le parfum de la tendresse d’Alice Quinn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s