Pourquoi la Corée ? d’Ophélie Surcouf

Résumé :

​Le rêve coréen par ceux qui l’ont réalisé, ceux qui veulent le vivre et ceux qui en sont revenus.

Comment, en l’espace d’à peine vingt ans, la pop-culture coréenne est-elle parvenue à gagner le monde entier ? Qu’est-ce qui, dans sa musique, ses séries télévisées, son cinéma, sa gastronomie ou son industrie cosmétique, peut bien fasciner des personnes de toutes les origines et de tous les âges ? Pourquoi est-elle devenue une nouvelle terre promise pour des millions de personnes dans le monde entier qui en apprennent la langue, s’abreuvent de vidéos et se passionnent pour son histoire et ses traditions ?

Dans ce livre, ils sont treize à partager ce rêve, du Chili à Israël en passant par la France, les États-Unis et, bien sûr, la Corée.

L’auteur :

Passionnée par la pop-culture et ses fans, Ophélie Surcouf découvre les séries coréennes en 2009. C’est le début d’un coup de foudre qui la pousse à partir vivre à Séoul pour y dévorer des bols de kimchi et travailler en tant que journaliste freelance. Elle a participé à la création du magazine K-Society, qui décrypte la culture coréenne, et a écrit plusieurs articles sur le pays dans de grands médias français.

Rejoignez-là ici :

Instagram

Twitter

Ancien blog

Mon avis :

Quand Benjamin Joinau m’a demandé si je voulais découvrir « Pourquoi la Corée ? » en Service-Presse, j’ai sauté de joie. J’adore cette maison d’édition qui offre une vision réaliste et authentique de la Corée à travers de beaux livres, très accessibles (notamment la collection Cahiers de Corée que j’apprécie beaucoup), que l’on veuille découvrir la Corée et sa culture ou en apprendre davantage telle une immersion au cœur du pays du Matin Calme.

Ce livre m’a fait replonger dans le temps. J’ai commencé à m’intéresser à la Corée et à sa culture en 1999 quand j’ai entendu une chanson de Fly To The Sky. Si j’ai survécu au collège et au lycée, c’est grâce à la musique et aux livres. Phobie scolaire, début de harcèlement, la musique a été mon refuge. Ecouter de la K-Pop ou parler de la Corée ont suscité des réflexions, « elle est bizarre »… Pour tous, j’étais vu comme un extraterrestre, c’était si incongru à l’époque tout ce qui touchait à la Corée et à l’Asie en général.

Quand je vois comment la K-Pop est perçue maintenant, qu’on a les clips de BTS diffusés à la TV, les CD de BlackPink, BTS…, les cosmétiques mais aussi les Instituts de Coréen. C’est tellement dingue par rapport à quand j’ai commencé à m’y intéresser.

Je ne me suis jamais considérée comme une fan de K-Pop (seconde génération), j’ai succombé à certains packagings de CD, d’OST, je regarde beaucoup de dramas, j’écoute beaucoup de K-Pop mais je ne suis jamais allée aux concerts ou autres événements sur la capitale.

Ma passion pour la culture coréenne m’a permis d’être Community-Manager bénévole pour l’association Kachi To Korea, une expérience qui bien qu’à distance m’a beaucoup apporté durant toutes ces années pour une débutante. J’ai pu être en relation et échanger avec d’autres personnes aimant la Corée et sa culture. Pour la première fois, on m’avait donné ma chance, moi qui ne parle pas un mot de coréen.

Impossible de ne pas avoir de coup de cœur quand derrière les apparences, les expériences bonnes ou mauvaises se dévoilent une autre facette du pays du Matin Calme ! 

Internet permet à la culture coréenne d’avoir une visibilité mondiale et ce même dans les pays où la TV est interdite. Dans une Corée où tout peut être possible, si on accepte l’envers du décor, on peut être amené à faire des projets médiatisés pour peu qu’on parle coréen.

Etre étranger en Corée peut faire vivre des expériences incroyables et sans forcément devoir se justifier avec des diplômes…

Partez avec Benjamin Joinau à la découverte de la K-Food vu par un étranger, comment un enfant adopté a découvert ses origines grâce à la K-Pop, l’histoire de la censure du manhwa, les origines de la musique américaine en Corée, comment la Corée est devenue le leader de l’e-sport, qu’est-ce que le « han », pourquoi le système de la K-Pop ne peut fonctionner qu’en Asie, l’attitude des fans durant les concerts, cette hystérie qui doit impressionner tout étranger, soutenue par les agences mais aussi des comportements extrémistes…

On comprend le sens du « pali-pali » à travers des exemples de la vie quotidienne, comment la compétition et la pression sociale pousse des jeunes à se suicider et comment monte la colère quand un étranger réussit alors que les Coréens sacrifient tout pour tenter d’y parvenir.

On découvre l’envers du décor avec Nathalie et Nunaya, où derrière l’image d’une Corée de stars et de paillettes où tout est contrôlé, se dissimule les suicides, les viols, les scandales… Des portraits de personnalités authentiques à l’inverse des artistes de la K-Pop qui doivent montrer une façade de perfection, un produit sexualisé au physique parfait, aux voix qui révèlent des entraînements sans relâche, une compétition féroce, des coups bas et des amitiés artificielles, tout pour l’image que l’agence veut donner aux médias et aux fans. Les stars de la K-Pop n’ont pas le droit de vivre des relations amoureuses et si un scandale éclate, les garçons auront plus de chance d’être excusé contrairement à leurs homologues féminins à qui on ne pardonne rien. Les erreurs impardonnables restent les scandales (drogues, sexe…) comme ce fut le cas ces dernières années, mettant des groupes en pause, le temps de faire oublier les faits.

Vous découvrirez la K-indie, qui essaie de maintenir sa place face à la K-Pop, une Corée entre traditions et modernité, le monde de la danse, un univers caché où des artistes brisent les codes et proposent des créations originales. Comment la K-Pop au Chili a bouleversé des gens dans un pays machiste, combien les fans sont prêts à dépenser pour le merchandising de la K-Pop, comment un pays sexiste avec les femmes défend les opprimés à travers leurs stars… Comment la K-Pop est devenue une arme pour lutter contre l’injustice et les droits légitimes pour son pays et ses habitants, comment la K-Pop est devenue un commerce lucratif…

Pour certains, la K-Pop est synonyme de révolution, la course aux diplômes pour obtenir le visa pour rester en Corée, comment de mauvaises expériences peuvent faire de votre séjour un enfer, les différences d’amour entre un Coréen et une étrangère, une culture où le viol est banal.

Pourquoi BTS suscite un tel engouement à l’échelle mondiale ? Comment une Pasteure a relié BTS à la religion ? Les codes pour avoir la chance de décrocher un rôle, les différences de salaires suivant l’importance de l’entreprise…

Ce livre reflète mon intérêt pour la Corée de manière si intense, je me suis toujours intéressée, questionnée sur des sujets dont on ne parle pas ou si peu. Après avoir découvert la K-Pop, j’ai voulu en savoir plus sur la Corée, ses coutumes, son histoire, ses traditions… J’ai voulu savoir comment un étranger est perçu, comment est accueilli un Noir, y-a-t’il du racisme, du sexisme, quelle est la place des femmes dans la société… Tout cela me paraît plus important que les rumeurs des stars de la K-Pop…

Tout comme Leanna, j’ai toujours vu la K-Pop comme un moyen de dire que la musique n’a pas de barrière. Je ne parle pas Coréen et pourtant une mélodie, une voix peut me bouleverser, me redonner espoir.

La K-Pop peut être un lien mettant en relation des gens du monde entier qui n’ont que ça en commun.

Si l’on ne tombe pas dans les excès, dans les dérives, quel mal y-a-t’il à vivre un instant de joie ?

Le témoignage d’Irina Lyan m’a particulièrement touché et on peut se demander « Comment je peux aimer la Corée en sachant que tout est loin d’être parfait ? Que les femmes soient considérées comme des objets, que le fait d’avoir un enfant peut briser votre carrière, qu’il faut être belle et se taire ?

Bien que je ne sois pas celle qui suit la moindre information de telle célébrité sur les réseaux, il n’en est pas vrai que la culture et certains sujets m’intéresse comme les maladies mentales, l’éducation, la condition des femmes, la nature implantée dans les villes, le sort des villages face aux grandes villes…

Un livre qui à travers des témoignages sur des sujets divers apportent un autre regard sur la Corée.

Un condensé de témoignages pour comprendre pourquoi le rêve coréen suscite tant de passion !

15 témoignages du monde entier de personnes qui ont tenté leurs chances, entre rêves et désillusions !

Cinéma, K-Pop, industrie du divertissement, gastronomie, e-sport, relations amoureuses, vision de l’étrangère par les Coréens, religion, Me Too et féminisme, suicides et pression sociale… sont les sujets abordés. Libre à vous d’approfondir vos recherches…

Découvrez l’autre facette de la Corée vue par des étrangers !

7 réflexions sur “Pourquoi la Corée ? d’Ophélie Surcouf

  1. Sora65 dit :

    Bonjour,

    Très belle chronique et analyse de ce livre. Je l’ai beaucoup apprécié dans l’ensemble. En lisant toutes ces histoires, ça m’a permis de pas mal réfléchir sur ma relation avec la Corée. Je le conseille :).

    J’aime

    • LeBoudoirduLivre dit :

      Merci beaucoup, ce livre a été une vraie pépite, j’ai vraiment apprécié la valeur des témoignages. Aujourd’hui beaucoup surfent sur le succès de la K-Pop et sortent des romans… basé sur ça et je trouve dommage car souvent c’est juste un énième livre pour vendre et faire le buzz. Là, on a affaire à un livre sérieux, approfondi qui va au cœur des choses. La manière d’appréhender la culture coréenne, d’écrire ce livre est vraiment ce que j’attendais.

      J’aime

      • Sora65 dit :

        Je suis entièrement d’accord. On aurait pu avoir un énième livre un peu « cliché » sur la K-pop et la Hallyu, mais il a a une véritable valeur grâce à l’histoire de ces personnes dont la vie est fortement liée à la Corée.
        Bonne journée.

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s