La vie sur mesure de Marius Gabriel

53182732._SY475_

Résumé :

Devenue la muse d’un génie de la haute couture, Copper réussira-t-elle aussi à réaliser ses rêves ?

La jeune mariée Copper Reilly arrive à Paris en 1944, peu après la Libération. Tandis que la ville est en fête, elle se sent prisonnière de son mariage malheureux. Quand son époux commet l’infidélité de trop, Copper demande la séparation.

Désormais seule, elle se lie d’amitié avec un étrange couturier rencontré dans l’arrière-boutique d’une maison de haute couture sur le déclin. Sa nature timide contraste avec le génie audacieux de ses créations. Il s’appelle Christian Dior. Copper devient sa muse et, convaincue de son talent, met tout en œuvre pour l’aider à lancer sa marque.

Elle se retrouve plongée dans l’éblouissant milieu de la mode parisien et armée de son appareil photo et de sa machine à écrire, s’y fait une place en tant que journaliste. Alors qu’elle s’interroge sur ses aspirations profondes, elle rencontre deux jeunes hommes bien différents entre lesquels son cœur balance…

Dans une ville en pleine reconstruction, Copper saura-t-elle se créer une vie sur mesure ?

L’auteur :

D’après le magazine Cosmopolitan, avec Marius Gabriel, vous risquez de « vous passionner pour votre lecture au point de laisser brûler le dîner » !

Il débute en tant qu’auteur à l’université de Newcastle où, pour financer son doctorat, il écrit trente-trois romans d’amour sulfureux sous pseudonyme.

Depuis, Marcus Gabriel a écrit plusieurs romans historiques se déroulantdont les succès « The Seventh Moon », « The Original Sin » et la série des « Sœurs Redcliffe : Wish Me Luck As You Wave Me Goodbye » et « Take Me To Your Heart Again ».

Né en Afrique du Sud, il a vécu et travaillé dans de nombreux pays. Désormais, il partage son temps entre Londres et Le Caire. Il a trois enfants, qui sont aujourd’hui adultes.

Son roman « La vie sur mesure » a remporté « Romantic Novelists Association Prize » pour cette romance historique.

Rejoignez-le ici :

Site officiel

Twitter

Mon avis :

C’est le troisième roman se déroulant durant la guerre que je lis via Amazon et NetGalley, on peut dire ce qu’on veut d’Amazon mais il y a de très bon romans qui sont publiés dont celui-ci ne fait pas exception.

Récit d’une Américaine à Paris et l’ascension fulgurante de Christian Dior dans l’après-guerre.

Mariée depuis plus d’un an à Amory Heathcote, héritier d’une riche famille de Nouvelle-Angleterre, Copper a vite déchanté. Issue d’une famille d’ouvrier qui a lutté contre le capitalisme, leur décision de se marier a été loin de faire l’unanimité.

Essayant d’être l’épouse parfaite, c’est à Paris que Copper se rend compte qu’elle ne veut plus être celle qui fait tous les efforts pour sauver son couple quand son mari ne cesse de la tromper.

Journaliste et écrivain, Amaury est à Paris en tant que correspondant de guerre pour faire un article sur la Libération accompagné de sa femme qui lui sert d’assistante.

Révoltée par l’épuration sauvage, Copper est saisie par l’élégance des Parisiennes malgré les restrictions. Décidée à avoir un beau vêtement, c’est dans des circonstances particulières qu’elle va rencontrer Christian Dior, une rencontre qui va changer sa vie.

Libre, Copper décide de rester à Paris afin de goûter à la vie trépidante de la ville lumière et de la renaissance de la haute-couture. Devenue la muse de Dior, celui-ci la fait rentrer dans le cercle très fermé des plus grands couturiers.

En tant que journaliste, Copper va être aux premières loges pour assister au premier défilé de haute-couture depuis le début de la guerre. Une occasion en or de montrer la renaissance de la haute-couture aux Etats-Unis.

A l’approche du « Théâtre de la Mode », Copper est le témoin des dessous de la vie dorée de Paris, des frasques aux soirées où s’échangent les potins accompagnés de drogue aux différentes mœurs sexuelles de ses amis… C’est ainsi que Copper va découvrir la liberté en tant que femme dans le tourbillon des soirées tumultueuses parisiennes.

Malgré les mises en garde, celle-ci est troublée par Suzy Solidor, en équilibre précaire face à l’épuration mais aussi par le mystérieux comte russe Velikovsky.

Copper fera-t-elle le choix entre les amours qui s’offrent à elle ?

Choisira-t-elle sa carrière prometteuse de journaliste de mode au détriment de l’amour ? Lire la suite

Hôtel Castellana de Ruta Sepetys

J02293_HotelCastellana_RomanAdo_OK.indd

A partir de 13 ans.

Résumé :

Madrid, été 1957.

Sous la dictature du général Francisco Franco, l’Espagne vit en silence. Pendant ce temps, les touristes et les hommes d’affaires étrangers affluent dans le pays sous la promesse accueillante du soleil et du vin.

Passionné de photographie, Daniel Matheson, 18 ans, fils d’un magnat du pétrole découvre le pays de naissance de sa mère à travers l’objectif de son appareil. Lui et ses parents logent au quartier général de la haute société américaine : l’hôtel Castellana où travaille la mystérieuse Ana Torres Moreno. La photographie et le destin les rapprochent, Ana lui révèle un pays où la dictature fait régner la peur et l’oppression, hanté par de terribles secrets…

Des vies et des cœurs se heurtent, révélant un côté incroyablement sombre à la ville espagnole ensoleillée.

Romance poignante et trajectoires tourmentées au cœur du régime franquiste, par l’autrice du best-seller « Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre ».

Ruta Sepetys met à nouveau en lumière l’un des coins les plus sombres de l’histoire dans ce roman épique et déchirant sur l’identité, l’amour inoubliable, les répercussions de la guerre et la violence cachée du silence inspiré par les véritables luttes de l’Espagne d’après-guerre.

Incluant des rapports de médias d’époque, des commentaires sur le franquisme, des photos…

 

Pour en savoir plus :

Association SOS bébés robados (bébés volés)

Film « Les enfants volés »

L’auteur :

Ruta Sepetys est née dans le Michigan où elle a été élevée dans l’amour de la musique et des livres par une famille d’artistes. Son père réfugié lituanien, officier menacé de mort par Staline, a été emprisonné 8 ans dans un goulag. Elle étudie la finance internationale et vit quelque temps en Europe (Paris). Puis elle part pour Los Angeles afin de travailler dans l’industrie de la musique. Aujourd’hui mariée, elle vit dans le Tennessee, à Nashville, avec sa famille.

Auteur de fiction historique #1 du New York Times best-selling de renommée internationale publiée dans plus de soixante pays et quarante langues. Ses livres sont lus autant par les adolescents que par les adultes. Elle est la seule auteur a avoir reçu la médaille Carnegie en Lituanie, Ruta Sepetys donne une voix à l’histoire sous-représentée et à ceux qui l’ont vécue. Ses livres ont remporté ou ont été présélectionnés pour plus de quarante prix de livres, figurent sur plus de trente listes de lecture dans les établissements scolaires et sont actuellement en développement pour le cinéma et la télévision.

Rejoignez-là ici :

Site officiel

Page Facebook

Twitter

Instagram

YouTube

Mon avis :

J’attendais avec tellement d’impatience que « The Fountains of Silence » soit traduit en français que je l’ai lu en deux jours. Je ne connais que quelques bribes d’informations sur le franquisme grâce à des romans ou des reportages. Une sorte d’omerta a plané sur cette période de l’histoire et ce jusque dans nos cours d’histoire. J’ai commencé à m’y intéresser avec le scandale des enfants volés, c’est quelque chose de tellement inimaginable, de tellement horrible et qui a perduré bien au-delà de la fin de la dictature de Franco. Comment peut-on concevoir une telle horreur, comment l’Eglise a pu avoir ça sur la conscience ? Comment les puissants se sont tu en sachant ce qui se passait, comment les parents adoptifs n’ont pas vu ce qui se passait ? Comment les parents, les mères ont dû vivre avec ce poids, en sachant mais ne pouvant rien dire « Estamos mas guapas con la boca cerrada. » « Nous sommes plus belles avec la bouche fermée. » toutes ces années. Comment l’Espagne n’a reçu aucune aide pour se reconstruire comme ce fut le cas pour les autres pays ?

1957, Madrid, Espagne.

A la boucherie où il travaille, Rafael Torres Moreno se souvient, tels des cauchemars, les images défilent sous ses yeux alors qu’il doit vendre du sang aux clients. La Guardia Civil qui tue son père sous ses yeux.

Quant à sa sœur Ana, elle est prisonnière des secrets de sa famille et doit faire face à d’étranges mises en garde à l’hôtel Castellana où elle travaille.

Ana en a assez de l’Espagne, des questions sans réponses, des secrets enfouis, d’être une enfant de la honte et du silence pour les convictions de leurs parents considérés comme des Républicains.

Elle doit oublier le passé, oublier pourquoi ses parents ne sont plus avec eux, à cause de leur projet d’ouvrir une école Montessori contraires à l’Eglise catholique et allant à l’encontre de la dictature de Franco.

Alors elle sert les clients étrangers tout en se méfiant d’eux. Ce que veut Ana, c’est partir loin de l’Espagne, de son passé, aller dans ce monde extérieur et recommencer une nouvelle vie.

Daniel fait parti des clients de l’hôtel Castellana à ceci près qu’il est photographe. Un photographe qui cherche à capturer la tension, le pouls de Madrid, la méfiance des Madrilènes est palpable, Franco est partout avec sa Guardia Civil.

Puri, la cousine d’Ana se pose elle aussi beaucoup de questions. Travaillant à l’orphelinat de Madrid, « l’Inclusa » où elle s’occupe des orphelins, elle se rend compte qu’il se passe des choses bizarres. Quand une femme lui demande où est son bébé qu’on lui a pris pour le baptiser, que certains bébés étaient remis à l’orphelinat par une autre entrée, que des orphelines étaient contraintes au mariage à 14 ans, que les enfants qui n’étaient pas adoptés allaient des pensionnats où les sévices et autres tortures étaient monnaie courante, qu’une pièce où se réunissent les docteurs et les religieuses lui strictement interdite… Bien sûr que Puri se pose des questions malgré sa foi et sa soumission au régime de Franco.

Ana et Daniel Matheson se rapprochent, chacun cherchant dans l’autre des réponses à ses questions. Un pays au goût de liberté pour l’une, un pays où règne la peur et l’oppression pour l’autre.

L’espoir de faire la photographie capable de le faire gagner à un célèbre concours, peut-être celle de la religieuse au regard fuyant tenant un bébé mort dans ses bras.

Les trajectoires entremêlées de la famille Torres Moreno et celle des Matheson au cœur du régime franquiste.

Quels liens peuvent avoir les enfants de Républicains et une riche et puissante famille pétrolière ?

De 1957 à 1976, de Madrid au Texas, le destin d’Ana et de Daniel dans la tourmente de l’Espagne et de ses lourds secrets ! Lire la suite

La vie ne danse qu’un instant de Theresa Révay

nfd

Prix Simone Veil.

Prix des lecteurs du Livre de Poche 2018.

Résumé :

Rome, 1936. Alice Clifford, la correspondante du New York Herald Tribune, assiste au triomphe de Mussolini après sa conquête de l’Abyssinie. Sa liaison avec Don Umberto Ludovici, un diplomate proche du pouvoir fasciste, marié et père de famille, ne l’aveugle pas. Son goût pour la liberté l’empêche de succomber aux sirènes des dictatures.
La guerre menace, les masques vont tomber. Alice découvre les conspirations qui bruissent dans les couloirs feutrés du Vatican et les rues ensanglantées de Berlin. Son attirance pour un journaliste allemand au passé trouble révèle les fêlures de son passé.

Si l’aventurière ne renie jamais ses convictions de femme moderne, toute liberté a un prix. Jusqu’où ira-t-elle pour demeurer fidèle à elle-même ?

Des palais de Rome à la corniche d’Alexandrie, des montagnes d’Éthiopie aux plaines de Castille, une Américaine intrépide et passionnée témoigne d’un monde qui court à sa perte. Theresa Révay nous offre l’inoubliable portrait d’une femme pour qui la vie ne brûle et ne danse qu’un instant.

L’auteur :

Theresa Révay, née à Paris d’un père d’origine hongroise est élevée dans l’idée que Clemenceau est un héros pour certains et le fossoyeur de l’Empire austro-hongrois pour d’autres. D’où ses personnages d’origines diverses, dispersés sur le continent européen qui affrontent les ruptures du XXème siècle. Après des études littéraires à la Sorbonne, elle s’oriente vers la traduction avant de se consacrer à l’écriture. Son prochain roman devrait sortir à l’automne 2020.

Entretien avec Theresa par des blogueuses

Rejoignez-là ici :

Page Facebook

Instagram

Mon avis :

Je n’aurais de cesse de remercier Theresa Revay et les Editions Albin-Michel pour ce très beau service-presse. Ce roman a été un énorme coup de cœur, vous verrez que vous aurez du mal à le lâcher.  Theresa Revay est une personne très accessible, simple, qui aime discuter et partager des choses avec ses lecteurs, je peux même dire qu’il y a une certaine connexion avec eux via sa page Facebook qui est une belle bulle d’oxygène. Je trouve que le contact avec ses lecteurs est aussi important que d’écrire de beaux romans, pour moi, l’un ne va pas sans l’autre. J’ai l’impression de dire la même chose à chaque nouveau roman mais celui-ci est le meilleur, celui qui m’a le plus marqué.

Abyssinie, printemps 1936.

Alice Clifford, correspondante de guerre pour le New York Herald Tribune a vu bien des choses notamment comment le Duce a conquis ce territoire africain en utilisant le fameux et non moins dangereux gaz moutarde sur des civils (femmes et enfants).

Sa rencontre avec Karlheinz Winther, journaliste pour le parti socialiste allemand va lui ouvrir les portes des personnages importants de cette époque.

Pour être au cœur de l’histoire en marche, Alice saisit toutes les occasions personnelles et professionnelles et ce au mépris du danger.

Discrète sur son passé, elle jouit de l’instant présent avec les hommes aussi bien qu’avec sa plume.

Elle tourbillonne avec un journaliste nazi, a une liaison avec un diplomate italien marié, elle n’aura de cesse de clamer par ses actes et ses convictions , sa liberté de femme indépendante, amoureux de son métier comme de la vie.

C’est à Alexandrie, le pays de son enfance qu’elle retrouve cette insouciance. Dans cette ville cosmopolite, Alice va faire le point sur sa vie et va prendre des décisions lourdes de conséquences.

Le lecteur découvre les failles d’Alice, sa vulnérabilité, ses secrets, ses non-dits refoulés et peut-être le sens, la raison de son besoin de liberté.

Le portrait poignant et saisissant d’une reporter dans le tourbillon d’un monde en guerre où la vie ne danse qu’un instant ! Lire la suite

Idoles de Marianne Weller

s541009038285356_p70_i1_w2197

Collection Essais.

Résumé :

L’univers de la K-pop pour ceux qui l’aiment… Et pour ceux qui n’y connaissent rien !

En 2004, un nouveau groupe de cinq chanteurs fait ses débuts en Corée du Sud. Le plus jeune a quinze ans, le plus âgé dix-sept. Ils se sont rencontrés par hasard, réunis par la plus grosse agence de production du pays. Ils vont devenir le groupe le plus célèbre de toute l’Asie, battant tous les records de popularité. Et les meilleurs amis du monde. Mais, pour trois d’entre eux, la liberté compte plus encore. En 2009, entouré d’une pression médiatique énorme, le groupe vole en éclat et les ennuis commencent. Procès, déchirements, l’industrie musicale coréenne ne compte pas laisser s’envoler ainsi la poule aux œufs d’or…

​Un récit inspiré de l’histoire du groupe TVXQ!, stars incontestées de la deuxième génération de K-pop, éternellement regrettés, longtemps pris pour modèles par la génération d’aujourd’hui.

C’est l’histoire d’une amitié hors du commun. En particulier celle de Junsu, Yoochun et Jaejoong, les trois « fugitifs », qu’une impressionnante armada de fans de tous âges et de tous pays soutiendra sans relâche dans leur défi : continuer à rassembler les foules à contre-courant d’un star system qu’ils ont osé bousculer. Un parcours de découverte où se confrontent les générations, entre intérêts économiques, respect des traditions et quête de reconnaissance individuelle.

Ce récit documenté et vivant, donnant aussi la parole aux fans, est une excellente introduction à l’univers de la K-pop. Au-delà du groupe ici pris comme exemple, il permet de comprendre la fascination qu’exercent aujourd’hui des groupes comme BTS et leur incroyable succès planétaire.

Pour en savoir plus (bibliographie, sitographie, articles…)

L’auteur :

Passionnée de musique de tous bords, élève du Conservatoire en chant lyrique, Marianne Weller est la mère d’une adolescente fan de K-pop. Elle découvre la musique coréenne en 2017 puis la Corée.

Traductrice de formation, elle a étudié la littérature anglo‑saxonne, puis la gestion. Elle travaille depuis vingt ans au sein d’un groupe bancaire international.
« Idoles » est son premier ouvrage.

Mon avis :

Merci à Atelier des Cahiers pour ce très beau service-presse qui a été un très beau coup de cœur et à Marianne Weller pour l’avoir écrit.

Peu voire pas de livres en français sur la K-pop ont le mérite de décrire l’histoire du groupe au succès interplanétaire qui a su marquer l’industrie de la K-pop. A l’heure actuelle où la K-pop fait la une des revues françaises et internationales pour adolescents et dont les clips passent sur nos chaînes de TV françaises grâce au groupe BTS, il y a un groupe qui mérite qu’on s’attarde sur son histoire qui a révolutionner et fait trembler l’industrie musicale, TVXQ!. TVXQ! qui de 2004 à 2009 a connu une popularité inégalée.

Un groupe issu de la seconde génération qui a connu le succès mais à quel prix et de leur descente en enfer sous le couvert du fonctionnement des contrats de l’une des plus importantes maisons de disque.

Cet essai très documenté inspiré de leur histoire, Marianne Weller le raconte avec celui de l’histoire et du fonctionnement de la société coréenne pour que chacun puisse comprendre le pourquoi du comment.

Pour essayer de comprendre, il faut commencer par le début, là où tout a commencé.

Les circonstances de l’adoption de Jaejoong, son audition à Séoul, sa formation de trainee, ses petits boulots pour payer sa vie dans la capitale…

En 2003, TVXQ! voit le jour. Composé de Jaejoong, Changmin, Yoochun, Yoonho et Junsu. Bien que mineurs, leurs parents signent pour eux un contrat qui les liens à la SM Entertainment pendant 5 ans, la SM a vu en eux la poule aux œufs d’or. Un groupe se forme, soudé malgré les emplois du temps surchargés, leur amitié ne se dément pas.

En 2009, c’est le groupe qui cartonne dans toute l’Asie, leur vie de servitude prend une lente descente aux enfers quand trois des membres, Jaejoong, Yoochun et Junsu intentent un procès contre leur maison de disque.

De la décision du tribunal naîtra JYJ, un nouveau groupe qui se verra refuser les promotions médiatiques, conséquence de leur décision d’intenter un procès, du jamais vu dans l’industrie musicale. Un engrenage dont personne ne sortira indemne.

La loi du silence où comment s’estimer chanceux de faire carrière au détriment de sa santé mentale et physique, la responsabilité donner une mauvaise image pour la nation par un scandale ou tout autre action jugée néfaste.

La particularité de ce livre est l’éclairage sur le fonctionnement de la société coréenne, son histoire, son évolution, ses traditions, au fil des ans entrecoupées par l’histoire de TVXQ!.

A chaque événement sur ce groupe, se mêle l’explication nécessaire à sa compréhension.

Dans un pays où l’apparence est reine, l’auteur donne les clés pour comprendre ce qui est incompréhensible pour nous (suicide, contrats d’esclavage sur des mineurs, la rançon de la gloire et ses limites, la déchéance…).

Un pays qui malgré ses failles fascine toujours autant ! Le secret, une vie de sacrifices pour atteindre ses rêves, une image à maintenir pour ne pas se brûler les ailes et sombrer dans l’oubli.

Que vous soyez fans de K-pop ou pas, ce livre apporte son lot de connaissances sur un pays dont la fascination ne connaît aucune limite.

Maîtrise des mots et avec un travail important de recherches savamment menées, Marianne Weller dépeint une Corée du Sud authentique où la K-pop n’est pas simplement que de la musique mais aussi le moyen de se faire connaître au-delà de ses frontières.

« Idoles » est le livre que j’attendais depuis des années. Accessible à tous, ces chapitres courts et documentés permettent un éclairage nouveau sur ce pays aux multiples facettes.

Un ouvrage sérieux à l’inverse des livres publiés qui ne sont que pur produit marketing.

A l’heure de refermer ce livre, j’en sais beaucoup plus sur ce groupe dont même si je n’étais pas fan comme ce fut le cas pour Big Bang, FT. Island ou B.A.P, j’ai suivi leurs carrières respectives sans me soucier des rumeurs, scandales et même le fameux procès.

L’impression d’avoir ouvert la boîte de Pandore mais une chose est sûre, on ne sait que ce l’on veut nous montrer et TVXQ! gardera toujours sa part d’ombre et de secrets !

Sentiment de connaître ce pays si différent de la France, un pays où la musique a une place prépondérante, où tout n’est qu’apparence, où on est dans un système formaté mais ou le respect des traditions et des anciens forcent le respect.

Centré majoritairement sur Jaejoong, j’ai ressenti une certaine nostalgie des groupes de la seconde génération pour la plupart aujourd’hui dissolus ou en pause indéterminée.

Je suis très seconde génération et je ne suis plus les nouveaux groupes et artistes me cantonnant aux artistes solos que j’ai connus dans les groupes K-pop de la seconde génération.

J’ai eu un peu de mal à ne pas me perdre dans les chapitres courts passant d’une année à une autre (une première partie exposant les faits de manière synthétique, un peu comme une exposition des faits) pour retourner ensuite en arrière peut désarçonner les lecteurs.

Adrian de Stéfany Thorne

9791038113411_3D_1024x1024

Résumé :

« C’est notre amour qui guide chacun de mes pas… »

Alicia tente désespérément de survivre à la disparition de son mari Adrian. Tombé au combat, il n’a jamais pu tenir la promesse faite à sa femme, deux ans plus tôt. Celle de lui revenir sain et sauf de sa dernière mission.

Alors qu’elle se plonge dans ses souvenirs en perdant peu à peu l’espoir qui lui reste, elle se remémore tous les merveilleux moments passés ensemble. Mais une nouvelle inattendue risque de bouleverser toute sa vie.

Lorsque le destin frappe une seconde fois à votre porte, n’est-il pas déjà trop tard ?

L’histoire d’amour d’Alicia Pearl & d’Adrian Hooper nous rappelle combien l’espoir est le dernier à mourir. »

(Re)Découvrez le bestseller Adrian de Stefany Thorne dans une édition revue et augmentée !

Où l’acheter :

Boutique Officielle

L’auteur :

Née à Suresnes en 1980, Stefany Thorne dévore les livres et écrit depuis son plus jeune âge. Mordue de littérature et profondément romantique, elle ressent très vite l’envie de coucher sous sa plume une histoire d’amour.

Elle donne vie à Melinda Evans & Aïden Kyle dans « FOREVER » et propose son histoire sur la plateforme Wattpad où elle remporte un franc succès. Son roman est élu « Meilleur scénario – Romance » par les lecteurs aux WFTD AWARD 2015.

Suite à cet engouement, elle décide de tenter sa chance en se lançant dans l’auto-édition de son ouvrage. Quelques jours plus tard, elle signe avec Reines-Beaux pour la version papier de la saga « FOREVER », ce qui permet à son livre de devenir un des best-sellers de l’année 2015.

Rejoignez-là ici :

Site officiel

Page Facebook

Twitter

Instagram

Mon avis :

Merci à NetGalley et MxM Bookmark pour m’avoir permis de découvrir cette réédition d’Adrian de Stéfany Thorne dont j’avais adoré l’histoire de « A jamais ». Je ne peux pas comparer n’ayant pas lu d’autres romances militaires mais suite à cette lecture j’ai envie de découvrir d’autres romans sur ce sujet.

Juin 2016, Southport, Caroline du Nord.

Cela fait deux ans qu’Alicia survit pour Owen, le fils qu’elle a eu avec Adrian, mort au cours d’une mission dans l’U.S Army. A tout juste 26 ans, veuve avec un enfant de deux ans, Alicia n’arrive pas à faire le deuil de celui qui lui a fait croire en l’amour quand son cœur était brisé.

Cinq ans plus tôt, Alicia faisait la connaissance d’un homme qui l’a captivée dès le premier regard. Adrian Hooper, lieutenant des forces spéciales des Etats-Unis d’Amérique aussi audacieux que sexy.

Pensant avoir affaire à une histoire sans lendemain, Alicia ne donne pas suite à sa proposition. Elle ne s’attendait pas à le retrouvez chez sa nouvelle patiente… Leur rencontre et leur passé respectif vont rapprocher ces deux êtres, héros qui sauvent des vies mais qui ont en eux des cicatrices invisibles pour qui ne sait pas voir dans les âmes brisées.

Deux mois, c’est tout le temps qu’ils ont avant qu’Adrian reparte en mission. Troublée par cet amour aussi beau que fragile, Alicia, malgré sa peur des risques qu’il encourt et de l’attente insoutenable qui les attends va profiter de chaque instant, chaque seconde qui leur restent.

Deux mois qui vont changer leurs vies sautant les étapes d’une relation classique où le temps n’est pas compté.

Quand Adrian repart en mission, Alicia n’est plus seule face à ce vide immense… Son bébé est le plus beau cadeau de leur amour. Son absence est rythmée par les lettres qu’ils s’écrivent, seul lien leur permettant de ne pas sombrer et de tenir malgré leurs peurs respectives. Sans savoir où il se trouve, Alicia va connaître l’angoisse des épouses, des mères, des sœurs qui font preuve d’un courage extraordinaire en gardant espoir… Celui de les retrouver vivants.

Comment va réagir Alicia quand sa vie va devoir endurer une souffrance de plus ?  Lire la suite

Naturel pour le meilleur et pour le reste de Marie Drucker et Sidonie Bonnec

9782213711973-001-T

Résumé :

Alimentation, beauté, enfants, maison… Nous vous donnons nos conseils et nos coups de cœur pour vous débarrasser autant que possible de la mauvaise chimie et protéger l’environnement (ça va souvent de pair !). Des dix commandements du naturel à nos astuces zéro déchets, vous trouverez à chaque page des conseils et des solutions simples, sûres et peu coûteuses – et les moyens de les appliquer, dans un monde idéal ET dans le monde réel !

« Comme vous, nous sommes assaillies tous les jours d’informations et d’alertes : attention, il y a des perturbateurs endocriniens dans notre gel douche, du mercure dans le poisson, des composés organiques volatils dans nos meubles… C’est vertigineux ! Comme vous, nous sommes inquiètes et souhaitons le meilleur pour notre famille et pour nous. Mais comme vous, nous étions… paumées !

Alors, depuis quelques années, nous enquêtons pour vivre et consommer le plus naturellement et simplement possible. Naturel pour le meilleur et pour le reste, c’est un guide pour prendre soin de soi sans faire de mal à la planète… Alimentation, beauté, maison, enfants et animaux de compagnie, nous vous donnons nos conseils et nos coups de cœur.

Comme dans notre précédent guide – Maman pour le meilleur et pour le reste – nous ne prétendons pas être exhaustives ni parfaites (c’est aussi pour ça que vous nous aimez !). Mais ce guide a été conçu avec l’aide de spécialistes, de médecins et de chercheurs.
On a pensé à tout, maintenant, pensez à vous ! »

Sidonie Bonnec et Marie Drucker

Les auteurs :

Marie Drucker présente le magazine « Infrarouge » tous les mardi soir sur France 2. Elle est également réalisatrice et productrice de documentaires et de fictions à travers sa société No School Productions.

Sidonie Bonnec est une présentatrice et animatrice de radio et de télévision française.

Mon avis :

Merci NetGalley et les éditions Fayard pour ce livre très complet remplit d’astuces et d’informations pour consommer et vivre mieux.

Plutôt que de vous donner un avis sur le contenu général, je vous propose tout ce que j’ai noté, tout ce que j’ai retenu de cette lecture des plus intéressantes qui s’est avéré un coup de cœur, l’investissement des deux auteurs y étant très présent.

Sommaire :

Miam !
Propre de la tête aux pieds !
Toc-toc, notre intérieur.
Kid’s club.
Nos bêtes.

1. Miam !

Les règles d’or (bio plus cher mais promos possible, disponible en grande surface, achats en vrac même pour la lessive, pas besoin d’éplucher ou de détoxifier les fruits et légumes bio pour réduire les résidus chimiques.
Les bonnes adresses.
Les astuces anti-gaspi.
Les labels.
Les marchés.
10 ingrédients riches en antioxydants (viande, poisson, lait, œufs, beurre, huile).
Régime (tout ce qui concerne l’alimentation est passé au crible).

2. Propre de la tête aux pieds.

Les règles d’or (hygiène : gel douche, savon, déodorant, shampoing, dentifrice), perturbateurs endocriniens.
Les cosmétiques (crème, crème solaire…).
Les protections hygiéniques, papier W.C, préservatif, contraception.
La peau (eau micellaire, maquillage, vernis, gommage, masque…).
Liste des applications d’analyse des cosmétiques et autres produits de beauté.
Les colorations, parfums, eau de toilette.
L’épilation.

3. Toc-toc, notre intérieur.

Les règles d’or.
Les produits ménagers.
Les désodorisants, les parfums d’ambiance, les bougies parfumées, l’encens, le papier d’Arménie.
Les huiles essentielles.
Les pesticides intérieurs (insecticides…).
Le traitement des plantes.
Le traitement du bois, des peintures, des sols…
La lessive (recette).
La cuisine (ustensiles, contenants, emballages…).

4. Kid’s club.

La nourriture.
L’équipement (literie…).
Les jouets.
L’hygiène.
Liste des éléments à emporter lors de déplacements (pour le bébé et l’enfant).

5. Nos bêtes.

Les règles d’or.
La nourriture.
Les soins.
Le toilettage.
Les tiques.

Étayé de conseils et d’avis de spécialistes, « Naturel pour le meilleur et pour le reste » est le guide à avoir chez soi. Très complet et accessible au public visé, les illustrations humoristiques cassent le côté très informatif et donne le ton en rapport avec la charte graphique. Très diversifié, idéal pour les personnes qui débutent un changement de consommation et de vie plus en accord avec la protection de la planète.

Un très bon guide pour discerner le bon du mauvais, attention seulement à ne pas tomber dans les excès.

 

 

 

Lune de Tasmanie de Tamara McKinley

61cOeJlpo8L

Résumé :

1905.

À la mort de son mari, Christy décide, à bientôt 65 ans, de se rendre en pèlerinage sur l’île de Skye, en Écosse, terre rude où elle a passé les quinze premières années de sa vie. Avant que ses parents ne soient contraints à l’exil et s’installent en Tasmanie, au sud de l’Australie.

Accompagnée de sa fille Anne et de sa petite-fille Kathryn, Christy embarque pour un long voyage vers le passé, où de douloureux souvenirs referont surface. Un retour aux sources qui bouleversera à jamais la vie des siens…

Avec cette saga mettant en scène une femme courageuse, Tamara McKinley signe un roman dans la lignée de ses grands succès, sans doute l’un de ses plus personnels.

L’auteur :

Née à Launceston (Tasmanie) en 1948, Tamara McKinley émigre en Grande-Bretagne, où elle intègre un pensionnat de jeunes filles du Sussex. De « La Dernière Valse de Mathilda » (2005) traduit dans plus de 20 pays à « La Route de Savannah Winds » (2019), ses romans sont tous parus aux éditions de L’Archipel puis en Archipoche. Mère de trois enfants, Tamara McKinley vit sur la côte sud-est de l’Angleterre.

Rejoignez-là ici :

Site officiel

Page Facebook

Mon avis :

Merci à Mylène des éditions L’Archipel et NetGalley pour ce très beau livre de Tamara McKinley. Lune de Tasmanie n’a pas détrôné la fabuleuse saga de « La pension du bord de mer » où chaque tome est un coup de cœur mais a une bonne place dans ma PAL. Une très belle lecture en période de confinement.

Bellerive, Tasmanie. Fin 1904.

Christy a réuni tous ses enfants pour leur annoncer son projet. Un projet réfléchi après l’enterrement de son mari deux semaines auparavant.

Renouer avec ses racines, son retour sur l’île de Skye après tant d’années est l’occasion de raconter son histoire à sa fille Anne et à Kathryn, sa petite-fille dont elle est si fière.

L’occasion de se rapprocher de sa fille qui ne lui pardonne pas son mensonge depuis tant d’années.

Au fil de sa redécouverte des lieux de son enfance, se dévoile l’histoire de Christy, des horreurs de son enfance de celles qui vous hantent à jamais.

Pendant ce temps, en Tasmanie, Harold, le mari d’Anne apprend qu’une femme détiendrait un secret qui les ruineraient tous. Vérité ou mensonges pour les discréditer ?

L’histoire d’une femme qui malgré les tragédies a su faire preuve de force et de courage pour réussir sa vie de femme !

Quand on est démuni et face à la fatalité, on saisit la moindre opportunité et on défie son destin !

Lire la suite

La petite fabrique du bonheur d’Alice Quinn

xcover-5182

Résumé :

Un roman feel good sur la résilience et le pouvoir de l’amour.

Meryl est une jeune danseuse brisée en plein élan par un accident.
Elle trouve refuge en devenant serveuse à La Petite Fabrique, café fréquenté par des personnes meurtries par l’existence.

Elle y rencontre Robin, sportif qui cache sa blessure derrière un comportement asocial.
Une tendre histoire d’amour se tisse au fil des pages de ce roman feelgood, sous le regard bienveillant d’êtres qui cherchent à se reconstruire.

Ce récit de destins entrecroisés, tissé d’émotions, se déroule au temps du coronavirus, acteur involontaire qui s’est introduit sans prévenir dans le roman comme dans notre quotidien, avec son lot de peur et d’incertitude.

Heureusement Amanda, la patronne de « La Petite Fabrique du Bonheur » veille au grain. Avec ses goûters littéraires, elle redonne de l’espoir aux plus cassés.

Pour renaître à la vie, Meryl devra-t-elle découvrir qu’elle n’est pas la seule à souffrir et qu’elle peut aider les autres ?

Trouvera-t-elle le courage de regarder autour d’elle le soleil qui se lève ?

Pour parvenir à retrouver le goût du bonheur, il suffit parfois d’une simple madeleine, d’un chocolat chaud, d’un chat porte-bonheur et d’un bon livre, le tout saupoudré de l’étincelle de l’amitié et de l’irrésistible force de l’amour.

L’auteur :

Alice Quinn vit dans le midi, entourée de ses enfants et de ses chats. Cette adepte du système D a déjà eu plusieurs vies : ouvreuse de cinéma, serveuse dans des cafés ou encore chanteuse – pas très douée – dans une comédie musicale ! Mais surtout, Alice écrit depuis longtemps et sa première série, « Au pays de Rosie Maldonne » qu’elle a auto-éditée en 2013 a connu un franc succès sur Amazon tout comme sa série « Une enquête à la Belle-Epoque ». Son talent ne connaît pas les frontières et s’exporte avec plusieurs de ses romans traduits en anglais.

Rejoignez-là ici :

Site officiel

Compte Facebook

Page Facebook

Twitter

Instagram

Où l’acheter :  Amazon

Mon avis :

Merci à Alice pour m’avoir permis de découvrir son nouveau roman avant sa sortie. J’ai passé un agréable moment de lecture, j’adore ces âmes brisées qui trouvent un sens, une lumière grâce à un lieu et/ou à des personnes. Je ne savais pas à trop quoi m’attendre quand j’ai compris que le Coronavirus faisait partie de l’histoire, j’ai vu bon nombre de livres paraître centré sur le Coronavirus ou comment se faire de l’argent sur une catastrophe mondiale. Alice l’a très bien intégré, sans en faire trop, en se mettant à la place de tous les Français qui ne savent pas qui croire face aux mesures qui se contredisent tout le temps et certaines qui n’ont aucun sens. 

2006.

Meryl est l’enjeu des rêves de son père. Pour être sa fille parfaite, elle s’entraîne pour intégrer une prestigieuse école de danse. A l’inverse des autres pères, le sien ne fait que l’entraîner, ne fait que la juger, elle est devenue sa marionnette, sa chose. Pour espérer son amour, elle s’auto-culpabilise en permanence comme ce fut le cas lorsqu’elle n’a pas été retenue à l’audition dont son père rêvait pour sa carrière de danseuse étoile.

Janvier 2020.

C’est sous un déluge que Meryl arrive à La Petite Fabrique, le café local tenu par Amanda et Antoine où se côtoient des habitués comme Hélène, une bibliothécaire qui fait tout pour rester invisible ; Amédée, aveugle accompagné de sa chienne Flora, Amanda qui tient à sauver les âmes perdues, humains ou animaux…
C’est ici que Meryl qui se sent coupable de tout va découvrir qu’elle peut aider beaucoup de gens et va retrouver goût à la vie.

Serveuse, elle se sent bien dans La Petite Fabrique avec ses habitués et notamment Robin qui est comme elle, une âme égarée.

Réciproquement, ils sont attirés l’un par l’autre mais leur culpabilité et leurs secrets vont-elles ruiner toutes tentatives de premier pas ?

Meryl retrouvera-t-elle le goût de son rêve perdu avant même qu’il ait commencé ? Robin saura-t’il trouver un sens à sa vie qui lui paraît si vide, si inutile ?
Le combat s’annonce rude et il leur faudra lutter pour une fin heureuse !

Lire la suite

Émile et Mado, enfants dans la résistance de Sophie de Mullenheim (Emile et Mado 1)

9782215171072

A partir de 10 ans.

Résumé :

Paris, printemps 1942.

Depuis l’emprisonnement de son père par les Allemands dès le début de la guerre, Émile, 12 ans, vit seul avec sa maman et leur chien Puce. Les conditions de vie sont difficiles à cause de l’occupation et du rationnement. La mère d’Émile qui est infirmière doit travailler double. Mais ce soir – ou plutôt cette nuit – Émile est inquiet. Il est deux heures du matin et sa mère n’est toujours pas rentrée.

« Si un soir, je ne reviens pas, l’a prévenu sa maman, tu dois quitter immédiatement Paris et aller chez ma sœur Jeanne à Chartres. Prends Puce avec toi et quelques bagages que tu glisseras dans la sacoche de ton père. Il y tient beaucoup. J’aimerais qu’il la retrouve à son retour. Ensuite, va. Et ne te retourne pas. »

Fidèle à sa promesse, Émile prend la route de Chartres. En chemin, il rencontre Mado – Madeleine de son vrai nom –, 12 ans elle aussi qui tente de passer en zone libre.
Les deux enfants sympathisent et font la route ensemble. A deux, il est plus facile d’affronter de multiples dangers…

L’auteur :

Quand elle était petite, Sophie de Mullenheim écrivait. Elle imaginait des romans policiers en utilisant des feutres, changeant de couleur à chaque lettre. Les choses ont un peu changé depuis : elle écrit toujours mais elle a confié ses feutres à ses six enfants ! Après avoir été journaliste dans la presse pour la jeunesse, elle s’est mise à écrire des textes pour des romans, des contes, des histoires vraies, des documentaires, des jeux… Depuis 12 ans, elle se consacre à l’écriture, ne se séparant jamais de ses petits carnets fourmillants d’idées, qu’elle réutilise plus tard pour bâtir de nouveaux projets une fois installée devant son ordinateur. « Les aventures du cirque Gloria », « Les Sœurs Espérance », « La fleur de Saïgon », « Chrétiens des catacombes », « Gipsy Book » et « Ouvrez l’oeil » ont ainsi vu le jour !

Rejoignez-là ici :

Blog officiel

Compte Facebook

Instagram

Mon avis :

Merci à NetGalley et Fleurus pour le nouveau roman de Sophie De Mullenheim, une auteure dont j’apprécie ses romans historiques jeunesse.

Paris, avril 1943.

Emile attend sa mère avec Puce, sa petite chienne. Après que son père, officier militaire est fait prisonnier par les Allemands en juin 1940, sa mère et lui ont du déménager dans un petit logement moyennant des soins médicaux à leur propriétaire.

Dans la même ville, Madeleine a du changer de nom de famille. Elle n’a eu la vie sauve que grâce à sa voisine, demain elle va devoir convaincre avec sa nouvelle identité pour que ses parents ne se soient pas fait arrêter pour rien.

Tandis qu’Emile suit les instructions de sa mère et va à la gare, la Milice perquisitionne leur logement à la recherche de documents.

Sur le quai de la gare, Madeleine attend les personnes qui doivent venir la récupérer pour se rendre à Chartres.

Les deux enfants vont se croiser quand ceux-ci ratent leur train, allant au même endroit, ils décident de partir ensemble sans se douter qu’ils vont voir la même personne, la seule à pouvoir les aider.

A pied, avec juste une carte routière, Mado et Emile entament un long périple alors que la Milice est sur leur trace.

Emile et Madeleine arriveront-ils indemnes jusqu’à Chartres ? Sèmeront-ils la Milice ? Lire la suite