Le chant noir des baleines de Nicolas Michel

 

le-chant-noir-des-baleines.jpg

A partir de 12 ans.

Collection : Les Héroïques.

Résumé :

1920, île de Ré. Léon vit seul avec sa mère depuis que son père est parti à la guerre et n’en est pas revenu. De peur qu’on ne l’enrôle à son tour, sa mère ne l’envoie pas à l’école et mère et fils vivent coupés du monde. Léon pêche, ramasse des coquillages et s’invente des aventures, assis sur le dos d’une carcasse de baleine.
Un matin, après une tempête, Léon trouve un homme inanimé sur la plage. Tierno – c’est son nom – va retrouver peu à peu la mémoire, raconter comment il a été arraché à sa famille au Sénégal pour aller faire la guerre comme tirailleur et comment son navire a sombré alors qu’il repartait vers son pays.

Un livre soutenu par Amnesty International.

Un livre soutenu par le CNL.

Sélectionné au prix Gayant Lecture, catégorie 4 (à partir de 12 ans).

Sélectionné au prix RTS littérature ados 2020.

Sélectionnée pour le prix Tabou Blanc 2020.

L’auteur :

Nicolas Michel est un romancier et journaliste français né le 20 avril 1974 à Aix-en-Provence. Ses livres explorent la thématique de l’enfance, de la maladie et de la différence. 

Mon avis :

Janvier 1920. Léon est un enfant solitaire qui vit avec sa mère. Ayant perdu son père à la guerre, il subvient à ses besoins et ceux de sa mère grâce à la pêche. Isolé de la ville et des gens, ils sont montrés du doigt par les autres habitants.

L’instruction de Léon est réalisée à la maison par sa mère, ils vivent tous les deux comme s’ils étaient seuls au monde.

Tout seul, Léon est la cible de moqueries par les enfants qui viennent l’embêter sur la plage. Jusqu’au jour où Léon voit les dégâts occasionnés par la tempête. Sur la plage, un horrible spectacle l’attend. Parmi les débris, il trouve une valise remplie de vêtements pour une petite fille.

Plus loin, le corps d’un jeune Noir…

A l’île de Ré, l’apparition d’un Noir va semer la zizanie au cœur des habitants.

Aidé de sa mère, Léon va soigner et cacher le rescapé qui au fil des jours va leur raconter son histoire, celle d’un jeune Sénégalais, arraché à son village pour combattre les Allemands avec d’autres tirailleurs, pour servir de chair à canon, pour combattre un pays qu’il ne connaît pas.

Nicolas Michel fait découvrir l’histoire des tirailleurs sénégalais à la jeune génération qui peut-être ne reproduira pas les mêmes erreurs que celles commises par le passé ! Lire la suite

Dans la nuit blanche et rouge de Jean-Michel Payet

product_9782070660681_244x0.jpg

Conseil de lecture : à partir de 13 ans (idéal pour compléter le cours d’histoire de cette époque).

Résumé :

Petrograd, février 1917. La Russie est affamée par des années de guerre et hantée par la police secrète du tsar. En dépit de son éducation, la comtesse Tsvetana Kolipova, 17 ans, rêve d’un monde plus juste et contribue à une revue clandestine. Découvrant un secret familial troublant, elle mène de dangereuses recherches dans une ville à feu et à sang. Mais un mystérieux jeune homme réapparaît toujours pour la tirer d’affaire. Leurs destins semblent liés…

Des premières émeutes à l’exécution du tsar, le destin d’une jeune fille propulsée dans le tourbillon de la révolution.

L’auteur :

Né le 1er mai 1955 à Paris, Jean-Michel Payet a suivi les cours d’architecture de l’école des Beaux-Arts et ceux des Ponts et Chaussées. En parallèle de sa profession d’architecte-urbaniste, Jean-Michel Payet a illustré de nombreux livres depuis 1990, notamment chez Casterman.

Où l’acheter : 

Site officiel

Mon avis :

Petrograd, février 1917.

Au théâtre Marinski où elle répète pour la représentation de Gisèle, Tsvetana Kolipova à la recherche d’un document tombe nez à nez sur un mystérieux voleur.

Aristocrate désargentée, Tsvetana a du se battre pour pouvoir faire de la danse classique. Quand elle voit le nom de son père dans la lettre qu’elle a subtilisée, elle sait que sa vie va changer. Tandis que sa mère planifie le mariage de ses deux filles, Tsvetana rêve d’un monde plus juste.

Quel lien son père a-t-il avec Natacha Tchemikova, une jeune femme recherchée par Grigori Tarakhan, un haut fonctionnaire de police ?

En partant à la recherche des secrets entourant son père, Tsvetana va se retrouver emportée dans le tourbillon de la révolution tsariste.

Sur les traces d’un mystérieux bijou aux pouvoirs magiques, Tsvetana va partir à la recherche des secrets familiaux sans se douter qu’un destin incroyable l’attend !

De l’aristocratie aux quartiers populaires, Tsvetana est une jeune femme qui ne veut pas faire un mariage d’intérêt pour subvenir aux besoins de sa mère et de sa sœur. Malgré les avantages dus à son rang, elle rêve d’une Russie plus juste où chacun peut manger à sa faim. Contrairement à ses proches, elle ne rêve que d’une chose échapper au destin choisit par sa mère et vivre sa vie sans contraintes en faisant ses propres choix.

Tsvetana, une héroïne qui bouleverse son destin et celui de la Russie !

Coup de cœur pour ce roman dont le style et les détails non-édulcorés de la révolution tsariste en font une histoire bouleversante de vérité ! 

Le domaine de Corbeyran et Espé (Châteaux Bordeaux 1)

Couv_122123.jpg

Résumé :

Passions amoureuses et dissensions familiales au cœur du Médoc.

Suite au décès de leur père, les trois enfants Baudricourt héritent de l’exploitation vinicole familiale, un vaste domaine situé au coeur du Médoc. Les deux frères comptent se séparer rapidement de la propriété et des dettes dont elle est criblée. Mais leur décision est aussitôt remise en cause par la détermination de leur sœur, Alexandra, qui voit dans cet héritage l’opportunité de rebâtir sa vie sur les terres de son enfance. Décidée à reprendre en main le vignoble paternel, Alexandra se retrouve rapidement au pied du mur.

D’un côté, elle affronte l’hostilité de son entourage, de l’autre, elle sait que pour réussir elle va devoir tout apprendre, car la fabrication d’un grand cru ne s’improvise pas. Avec humilité et courage, Alexandra se consacre dès lors entièrement à son nouvel univers qui deviendra – au fil du temps – sa passion…

Le vin est au cœur de l’intrigue de cette grande fresque familiale qui séduira les amateurs de grands crus comme les néophytes.

Une saga digne des Maîtres de l’Orge commence ici, au cœur du Médoc, orchestrée par Corbeyran et Espé.

Les auteurs :

Né en 1964, Corbeyran débute la bande dessinée en 1990 et a multiplié les expériences narratives ainsi que les collaborations. Curieux et talentueux, il aborde avec la même aisance en tant que scénariste des registres fort différents : thriller, anticipation, aventure, polar, science-fiction, fantastique, récits intimistes ou uchroniques…

Né en 1974 à Mazamet dans le Tarn, Espé depuis tout petit s’essaie au 9e art en s’inspirant de ses héros : Serval, Daredevil et autres super-héros. Sur les conseils de ses parents du type «Passe ton Bac d’abord !», il se dirige un temps vers une filière scientifique et obtient un bac D. C’est alors qu’il décide d’imposer son choix et qu’il intègre l’École des Beaux-Arts de Toulouse. Là, il participe à sa première expérience fanzinesque en créant Broute. Diplôme en poche, il fait un bref détour par le design industriel avant de retourner à ses premières amours. Il dessine d’abord pour le compte des éditions Petit à Petit avec lesquelles il collabore à trois collectifs puis à Paroles de Taule sous l’œil bienveillant de Corbeyran.

Série : Châteaux Bordeaux.
Scénariste : Eric Corbeyran.
Dessinateur : Espé.
Coloriste : Dimitri Fogolin.
Dépot légal : Mars 2011.
Editeur : Glénat.
Collection : Grafica.
Planches : 56.

Rejoignez-les ici :

Page Facebook Corbeyran

Mon avis :

La couverture reflète la série que l’on s’apprête à découvrir, Alexandra Baudricourt, personnage principal au milieu du vignoble familial en train de boire du vin par une chaude journée d’été.

Préface de Michel Rolland.

15 octobre 2007. Alexandra Baudricourt fraîchement débarquée de New York assiste à l’enterrement de son père. Son retour après une si longue absence va faire basculer les projets de ses deux frères.

Au domaine du Chêne Courbe, l’heure est aux retrouvailles. Tandis qu’Alexandra retrouve une vieille connaissance et replonge dans ses souvenirs d’enfance, François et Charles, ses frères souhaitent vendre le domaine du fait de sa situation catastrophique.

Mise devant le fait accompli, Alexandra réfléchit et c’est en découvrant les mémoires que son père a laissé que sa décision est prise.

Reprendre le domaine est de la pure folie selon son entourage dont Claire, la femme de François qui voit là une bonne affaire s’éloigner à cause d’une gamine à qui on ne refuse rien.

Le retour d’Alexandra va semer le chaos dans les manigances familiales.

Entre convoitises, conflits d’intérêts, rivalités mesquines, Alexandra va devoir se battre pour survivre dans un univers où tous les coups sont permis !

Face à l’ultimatum, Alexandra saura-t-elle redorer son patrimoine familial et sortir le domaine du gouffre dans lequel il est tombé ? Lire la suite

Black Butler de Yana Toboso (Black Butler 1)

black-butler-tome-1-402850

black-butler-manga-banner.jpg

Titre VO : 黒執事/Kuroshitsuji.
Dessinateur : TOBOSO Yana.
Scénario : TOBOSO Yana.
Traducteur : SIMON Pascale.
Editeur : Square Enix (JP) et Kana (VF).
Collection : Dark Kana.
Prépublication : G-Fantasy.

Résumé :

Angleterre, époque Victorienne où la révolution industrielle atteint son apogée. La maison Phantomhive est fabricante de jouets et connait une renommée mondiale. A sa tête, le jeune Ciel Phantomhive, âgé de 12 ans, agissant comme un enfant confiant et prétentieux. Mais de nombreux mystères entourent cette noble maison depuis quelques temps… Car depuis le terrible incendie qui frappa la famille Phantomhive il y a des années, le Comte n’avait plus donné signe de vie, jusqu’à son retour inattendu, accompagné d’un majordome en la personne de Sebastian. En vérité, ce dernier est un démon avec lequel Ciel a pactisé, l’obligeant à servir son maître jusqu’à ce que ce dernier ait assouvi sa vengeance et retrouvé les assassins de ses parents. En contrepartie, le Comte de Phantomhive devra offrir son âme au démon en guise de salaire, une fois que justice sera faite…

Sebastian est majordome au service de Ciel Phantomhive, héritier d’une grande famille de la noblesse anglaise. En matière d’érudition, d’éducation, d’art culinaire, rien à redire, il est parfait. Mais ne vous fiez pas à sa distinction, si vous vous en prenez à son jeune maître, vous découvrirez sa vraie nature… Ciel aurait-il signé un pacte avec le Diable…?

Black Butler est l’œuvre shônen de Yana Toboso publiée dans le Monthly G Fantasy de Square Enix depuis 2006.
Black Butler est une série à succès, un succès qui ne s’est pas fait attendre puisque dès Octobre 2008 est diffusé un anime en 24 épisodes et une OAV. Dès l’été 2010, une suite de 12 épisodes et 6 OAV voient le jour. Le phénomène Black Butler a aussi touché la France puisque Kana Home Vidéo a d’ores et déjà distribué les deux saisons intégralement, en DVD.

L’auteur :

Yana Toboso est une mangaka dont Black Butler lui a donné une renommée mondiale.

Yana Toboso est née le 24 Janvier 1984 à Warabi, dans la préfecture de Saitama. Elle est une jeune mangaka tant ses précédentes œuvres, Glamorous Lips et RustBlaster en 2006, ne sont que des one-shot. L’auteure rencontre le succès avec Black Butler, sa série phare entamée peu après la conclusion de ses premiers titres. La série engendra deux adaptations animées ainsi qu’une future adaptation live, pour le cinéma japonais. En dehors de ses œuvres passées, Yana Toboso est une mangaka discrète qui ne fait pas parler d’elle. Néanmoins, Black Butler et le fait que Glamorous Lips soit un Yaoi confirme le penchant de l’auteure à présenter des relations masculines ambiguë.

Envie d’en savoir plus, Manga-News.com a concocté un magnifique dossier sur ce manga :

Dossier Black Butler

Mon avis :

Dans un manoir anglais, Ciel, héritier de la maison Phantomhive gère son entreprise de bonbons et de jouets d’une main de fer. Sous ses apparences d’enfant, il a le sens aiguisé des affaires mais aussi celui des responsabilités dus à son rang.

Sebastian Michaelis, son majordome et serviteur s’occupe de gouverner la demeure et surtout de réparer les bêtises de Finnian, le jardinier, de May-Linn, la femme de chambre et de Bardray, le cuisinier.

Comme tout noble, Ciel en tant que Comte a déjà une fiancée, Elisabeth qui le mène par le bout du nez et qui s’invite quand on ne si attend pas.

Très proche de la Reine, Ciel a pas d’ennemis dont la mafia italienne. C’est pour ça qu’il a conclus un pacte avec Sebastian, la sécurité contre son âme.

L’enjeu de ce pacte avec le diable en vaut-il la peine ? Lire la suite

Marion de Yuu Hikasa (Marion 1)

album-cover-large-37306.jpg

 

marion-manga-banner.jpg

Titre VO : 五百年目のマリオン/Gohyakunenme no Marion.
Dessinateur : HIKASA Yû.
Scénario : HIKASA Yû.
Traducteur: LECLERC Yohan.
Éditeur : Tokuma Shoten(JP) et Komikku Editions (VF).

Résumé :

Le destin hors du commun d’une jeune fille prise dans le tumulte de son époque !

Paris, 1940. Nous sommes à l’aube de la Seconde Guerre mondiale et de l’invasion de la capitale par les Allemands. Marion est une jeune femme qui vit par choix dans les rues de Paris. Elle est à la tête d’un groupe d’enfants qu’elle aide à voler sur les marchés pour pouvoir manger, tout en veillant sur eux. Un jour, un homme qui passe près d’elle l’entend chanter. Subjugué par sa voix, il souhaite lui parler, mais Marion refuse, car elle déteste les hommes. L’homme est déterminé et il insiste : il s’appelle Aaron Rosenberg et il est compositeur. Avec ses associés, il a monté un spectacle au music-hall d’Orion, mais il n’a pas encore trouvé de chanteuse pour interpréter le rôle de Jeanne d’Arc à 1 mois de la première. Il veut à tout prix que ce soit Marion, mais cette dernière refuse catégoriquement. Comment pourra-t-il la convaincre ?

Deuxième série de Yû Hikasa, Marion est lancé en 2016, sous le titre Gohyakunenme no Marion dans les pages du magazine Comic Zenon, revue de prépublication des éditions Tokuma Shoten. Toutefois, la prépublication ne s’éternise pas et s’achève l’année suivante, en 2017, après douze chapitres seulement. La série totalise ainsi deux volumes, parus respectivement le 20 janvier et le 20 novembre 2017, au Japon.

L’auteur :

Yuu HIKASA (日笠優) est un mangaka japonais.

Diplômé du Fashion Institute of Technology de New York, à la recherche d’un emploi, il n’abandonne cependant pas ses rêves de devenir mangaka et reçoit le prix spécial du magazine Comic Bunch, qui va le lancer.

Il a fait ses débuts en 2011. Ses œuvres publiées sont Marion (2 tomes), traduit en français chez komikku et Kanayago (2 tomes).

Envie d’en savoir plus, Manga-News.com a concocté un magnifique dossier sur ce manga :

Dossier sur « Marion »

Mon avis :

1940. A Paris, Marion s’apprête à monter sur scène.

Sa vie allait changer, Marion va réaliser son rêve, mais à quel prix ?

Un mois plus tôt. A Montmartre, Marion est à la tête d’une bande de gamins des rues et survit en commettant de menus larcins.

Quand Aaron Rosenberg entend sa voix, il sait qu’il a trouvé la personne pour interpréter Jeanne d’Arc, reste à persuader Marion qui se méfiant des hommes se méfie des belles promesses.

Tandis que la guerre se profile, Marion se remémore les circonstances qui l’ont conduite à Paris, il y a un an.

Une chance inespérée s’offre à elle.

Sera-t-elle prête à faire les sacrifices nécessaires pour réaliser son rêve ? Lire la suite

Dans l’ourlet de nos jupes de Florence Cadier

 

dans-l-ourlet-de-nos-jupes.jpg

A partir de 12 ans.

Collection : Les Héroïques.

Résumé :

1914. Lille vit sous le feu des bombardements. Refusant de subir l’occupation allemande sans agir, Adèle, seize ans, s’engage comme infirmière auprès des soldats évacués du front. Mais cela ne lui suffit pas et, grâce à son ami Albert, elle intègre le réseau d’espionnage mené par Louise de B. Elle a pour mission de faire passer, cachés dans l’ourlet de ses jupes, de précieux documents aux Anglais et à l’état-major français.

Sélection Prix Saint-Exupéry 2018.

L’auteur :

Florence Cadier a été journaliste pendant de nombreuses années, en presse écrite puis audiovisuelle. Elle publie son premier livre pour la jeunesse en 1995, puis, de nombreux ouvrages ont suivi. Elle anime également des ateliers d’écriture pour enfants et a créé l’association « Mots en vadrouille ».

Où l’acheter :

Site officiel

Mon avis :

1914. Adèle et sa sœur Léontine vivent sous le feu des bombardements qui mettent Lille à feu et à sang.

Orphelines, Léontine a pris en charge sa sœur à leur sortie de couvent où elles ont suivi une éducation religieuse des plus strictes.

Infirmière, Léontine est réquisitionnée pour soigner les blessés et assister les chirurgiens.

Voulant elle aussi se rendre utile, Adèle va accepter l’offre d’Albert, un brancardier pour distribuer de la soupe et remonter le moral des blessés. Leur rencontre va être le début d’une nouvelle vie pour Adèle, combattre pour sa patrie.

Allant à l’encontre de sa sœur qui tient à ce qu’elle reste hors de danger, Adèle rejoint la Résistance et accepte des missions qui vont s’avérer de plus en plus dangereuses.

Du haut de ses 16 ans, Adèle va acheminer des documents d’une grande importance pour l’état major français. Dissimulés dans l’ourlet de ses jupes, Adèle va devoir faire preuve de méfiance quand un certain Pierre la suit comme son ombre. Très proche de l’ennemi, elle ne sait pas si elle peut lui faire confiance quand il dit vouloir l’aider.

Au fil des jours, l’étau se resserre sur les membres du réseau.

Malgré le danger, Adèle accepte une dernière mission, la plus risquée car si elle se fait prendre, elle peut dire adieu à sa courte vie.

En parallèle de ses missions, elle se rapproche de plus en plus d’Albert, toujours là pour l’aider quand elle en a besoin. Etre amoureuse en cette période si troublée est loin d’être simple…

Lire la suite

1914 : La maison des enfants trouvés de Régis Hautière & Hardoc (La guerre des Lulus 1)

9782203034426.jpg

Résumé :

L’odyssée d’un petit groupe d’enfants tout au long des années de la Grande Guerre.
Lucas, Lucien, Luigi et Ludwig sont quatre des pensionnaires de l’orphelinat de l’abbaye de Valencourt en Picardie. Tout le monde les surnomme les Lulus. En cet été 1914, lorsque l’instituteur est appelé comme tant d’autres sous les drapeaux, personne n’imagine que c’est pour très longtemps. Et les Lulus ne se figurent évidemment pas une seconde que la guerre va déferler sur le monde finalement rassurant qu’ils connaissent. Bientôt, le fracas de l’artillerie résonne dans le ciel d’été. Il faut partir, vite. Mais lorsque la troupe évacue l’abbaye manu militari,les Lulus, qui ont une fois de plus fait le mur, manquent à l’appel. Sans l’avoir voulu, ils se retrouvent soudain à l’arrière des lignes allemandes.

Scénariste : 

Né en juillet 1969, Régis Hautière est un scénariste d’origine bretonne résidant dans les Hauts-de-France. Il rejoint les éditions Casterman en 2010 avec l’album De briques et de sang, coréalisé avec David François, puis avec la série La Guerre des Lulus, mise en images par Hardoc. Scénariste prolifique, il reprend chez Delcourt la mythique série Aquablue. Il compte à son actif une soixantaine de titres parmi lesquels les séries Abélard, Perico, Les Trois Grognards ou encore Les Spectaculaires. En 2018, en co-écriture avec Régis Goddyn, il crée pour Mohamed Aouamri sa première héroïne pour la jeunesse : Zibeline.

Dessinateur :

Hardoc est un dessinateur et coloriste natif de Picardie, où il réside toujours. Il démarre précocement sa carrière comme illustrateur pour une émission jeunesse de France 2, à 15 ans. En 1996, il reçoit l’Écureuil d’Or, qui récompense le meilleur jeune espoir au festival BD d’Angoulême. Il se lie d’amitié avec Régis Hautière dans une association autour des métiers du graphisme et de l’écriture, à Amiens, et ils décident de travailler ensemble sur un premier projet de bande dessinée. Diplômé de la faculté des Arts du Logis du Roy, il révèle tout son talent en illustrant la série La Guerre des Lulus. Son trait semi-réaliste peut rappeler l’influence inconsciente d’un certain Régis Loisel.

Coloriste : David François, Hardoc.

Éditeur : Casterman.

Dépôt légal : Janvier 2013.

Nombre de pages : 64.

Genre : Aventure.

Rejoignez-les ici :

Site officiel

Page Facebook

Blog d’Hardoc

Page Facebook d’Hardoc

Blog de Régis Hautière

Facebook de Régis Hautière

Mon avis :

L’histoire des Lulus durant la Première Guerre mondiale raconté par l’un des quatre protagonistes. Un retour de mémoire à Valencourt, en Picardie des années après la fin du conflit.

Les Lulus, c’est Ludwig, Lucas, Luigi et Lucien, quatre amis inséparables ayant deux points communs : celui d’être orphelins et leurs prénoms qui commencent tous par « Lu ».

A la maison des enfants trouvés, on leur cache le début de la Première Guerre mondiale pensant que celle-ci sera vite finie.

Quand l’armée allemande marche vers Valencourt, l’ordre est donné d’évacuer tous les civils. A ce moment-là, les Lulus sont dans les bois où ils ont construit leur cabane , un passe-temps normal pour des enfants.

La fumée qu’ils aperçoivent au loin les intriguent. Pendant ce temps, des soldats de l’armée française les recherchent sans succès. Persuadés qu’ils sont retournés auprès des autres, les Lulus se retrouvent livrés à eux-mêmes face à l’occupation allemande à Valencourt.

Au début, épris d’une vie sans contraintes, ils déchantent vite quand ils voient les pillages de l’ennemi, les commerces vides de toute nourriture et objets de valeur.

Leur seul refuge reste leur cabane. C’est encore l’été, malgré le manque de nourriture, les Lulus et Luce, une réfugiée belge qui a perdu ses parents durant l’exode gardent l’espoir de voir arriver l’armée française.

Le temps passe et l’hiver arrive. La neige commence à tomber, Luce tombe malade, comment trouver des médicaments quand ils peinent à se nourrir ?

Partis chercher une aide hypothétique, les Lulus vont faire une découverte pour le moins inattendue.

Un soldat allemand blessé est peut-être la seule personne qui peut sauver leur amie mais un ennemi dans leur cabane pourrait mettre leurs vies en danger.

Quel choix feront les Lulus ? Sont-ils prêts à tout risquer pour sauver Luce ? Lire la suite